18 août 2014

Le festival lumineux de Kuwana, un spectacle de milliers d'ampoules

IMG_4256


Suite à un énième trajet matinal, Nous arrivions à la prochaine destination de notre cours voyage hivernal: NAGOYA. Connue grâce à un Yaoi (oui oui, je sais, honte sur ma famille), la ville futuriste mais pourtant paisible n’est pas très prisée des touristes. A mis chemin entre Tokyo et Kyoto, la troisième plus grande ville du japon offre ,pourtant, un spectacle absolument époustouflant: le festival des lumières de Kuwana .

Coincé dans un parc de la périphérie, cette “bombe” lumineuse s’étale sur quelques mois de la période hivernale, brassant une foule de japonais.


IMG_4058

IMG_4080

IMG_4104

IMG_4105

20140125-IMG_4102


Comme deux frites au milieu d’un paquet de nouilles, nous avions décidé de nous rendre à cet événement perdu dans la campagne. Nous arrivions au matin dans la mégalopole,

profitant de la journée pour faire – je sais que vous ne vous y attendez pas – du shopping.



20140125-IMG_4035


20140125-IMG_4107

20140125-IMG_4108

20140125-IMG_4112



En chemin, nous nous arrêtions sur une place digne d’un Star Wars, l’heure du SNAP étant venue. posant tranquillement tout en  regardant ma mère qui ne semblait pas se décider à prendre une photo, je me rendit compte que cette dernière me lançait des œillade alarméesses yeux passant tour à tour de ma direction à un point plus éloigné, derrière moi. Pas plus rassurée, je me retournais donc vers la source de ses tracas.

Je vis alors deux petites étudiantes, rouges tomates, qui nous regardaient avec les larmes aux yeux,  et qui s’adonnaient en cœur à un rituel vocal des plus étrange.
Ces pauvres créatures semblaient suffoquer douloureusement, et nous primes alors la décision de nous en approcher,  provoquant  une réaction étrange, car les demoiselles commencèrent à sautiller dangereusement,  poussant des cris de plus en plus aigus.

L'attrait du blond est sans nuls doutes très fort dans cette région (apparemment , c'est notre européanitude qui les choquaient comme ça)


20140726-IMG_4086_fhdr

20140726-IMG_4087_fhdr

20140125-IMG_4117

IMG_4143



La nuit tombant, il était temps de rejoindre Nabana no Sato, et pour se faire, prendre un train local  suivi d’un bus. Confiantes, nous montions à bords, persuadées que les lumières émanant du dît lieu nous indiquerai à quel arrêt descendre. Mais bien sur, s’eut été trop facile.

Après milles traversées de gares désertes et perdues, nous avons fini par demander notre chemin à un guichet. Le guichetier nous indiqua qu'un de ses collègues allait nous accompagner vers le bon train, et là, à cet instant précis.... LE MONDE BASCULA.
Jusqu'alors dissimulé derrière une petite barrière, un "homme" bien joufflu et souriant, mesurant à peine 1m10 , s’avança vers nous d'une démarche militaire, guindé dans son petit costume de groom. C'était lui: LE collègue.
Je vous avoue, j'ai vraiment eu du mal à garder mon sérieux, pas par moquerie, mais c'était tellement surréaliste d'avoir cette petite mascotte humaine comme guide.


20140125-IMG_4160

IMG_4147

IMG_4151



Finalement, il nous conduit au bon endroit, et en moins de quelques minutes, nous nous retrouvions dans le bus qui nous mènerait au festival.
Le bus en question était totalement ...vide. Ce qui eu pour effet d'accentué nos inquiétudes quand à l’existence du festival.
Heureusement, après quelques instant d'interrogation, plus d'une cinquantaine de japonais -  venus d'on ne saura jamais où - commencèrent à s'entasser dans le bus qui démarra aussi tôt. Enfin, après moultes tumultes, nous étions arrivée:


IMG_4169

IMG_4172

nabana4

IMG_4256

IMG_4259

IMG_4324

IMG_4332

IMG_4345

IMG_4354

IMG_4360
Après une partie de la nuit passée dans un monde merveilleux, plein de lumières et de dédales de couleurs, nous rentrions chez nous par le dernier bus.


20140125-IMG_4381

20140125-IMG_4386

IMG_4390

Sans titre 4

Sans titre 5