7 août 2015

Journée à l'American Village d'Okinawa


Jeudi deux juillet:


Après une bonne nuit de sommeil à l'ombre des palmiers , nous avons gardé nos habitudes matinales,  espérant aller faire un tour dans l'océan avant le petit déjeuné. A cette heure là,  pas un chat a l'horizon  (enfin ,sans tenir compte de ceux aux oreilles trouées ,bien sur). 
Dans le centre d’Okinawa, les plages de sables se font assez rares et les zones de nages,  encore plus. C'était donc une chance qu'il y en ai une si proche, et dont nous étions les seuls occupant en cette belle matinée.




{un vieil outfit super étrange et louche, avec le T-shirt Sonic de ma vie}


{changement rapide pour aller à la plage}




Notre petit déjeuné avalé, nous avons prit la route de notre première réelle "activité" sur l'île. Comme pour la quasi totalité de ce voyage, j'ai laisser le soin à ma mère d'organiser une bonne majorité des sorties. Je ne savais donc absolument pas à quoi m'attendre en allant à l'American Village situé à quelques kilomères de notre centre stratégique.








Quelle ne fût pas ma surprise en arrivant dans ce décor digne d'un parc d'attractions, hébergeant un nombre impressionnant de commerces et de restaurants thématiques. Malgré le fait qu'il s'agisse, au final, d'une sorte de centre commercial amélioré, les bâtiments aux couleurs chamarrées et aux styles improbables étaient incroyablement photogéniques, et à aucuns instants je n'ai regretté d'avoir fait confiance à ma très chère mère. 







Les nombreuses ruelles biscornues et colorées qui traversent le "village" n'étaient pas pour facilité l'orientation (nous avons dû tourner en rond au moins 42 fois), et on se laisse rapidement entraîner par les détails disséminés à chaque tournant. Après être passées 12 fois devant la même boutique, nous avons remarqué un escaliers qui permettait d'accédé à la seconde partie du village, celle-ci en hauteur. C'était déjà un véritable labyrinthe avec un seul étage, mais avec deux... le destin était scellé: nous allions mourir de vieillesse entre deux bâtiments!
















Heureusement, le chemin de la perte nous mena bien vite dans un petit snack, où nous nous sommes littéralement jetée sur un plat qui faisait honneur au thème: des hot-dog. Les plus beaux que je n'ai jamais eu l'occasion de voir, d'ailleurs! Même si trop parfait pour être mangés, nous n'en fîmes qu'une bouchée, et redémarrions sous un soleil de plomb, à la recherche de l'arrêt de bus le plus proche.




Le charmant et tellement compréhensif bus n'arrivait qu'une heure plus tard... Une heure à attendre en plein soleil,  dans la torture et la désolation, patientent pour notre salut.
Mourant de soif , je décidais de me rendre au  magasin le plus proche pour quérir la boisson salvatrice. Hésitant entre thé et jus d'orange, mon regard se posa malgré moi sur un des réfrigérateur dans lequel se trouvais un smoothie glacé gout citron. Me vendant du rêve presque immédiatement, je me jetais dessus sans autres cérémonies.
De retour à l'arrêt de bus, j'ouvrit le précieux breuvage, rêvant déjà de l’extrême hydratation que celui-ci m'apporterait.
Oui, mais ça, c'était sans compté le fait que ce fameux smoothie était en réalité...alcoolisé. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, mais je vous assure que quand on ne s'y attend pas... on ne s'y attend pas. En outre, cela m’assécha la gorge plus qu'autre chose. Fail.





Enfin et après d'interminables minutes,  le bus arriva et nous déposa dans  le centre pour une nouvelle baignade dans les eaux turquoises de l'océan.

Ne sachant pas trop où manger, nous avons dignement terminé la soirée dans un zoning accessible à pied (30 min) dans lequel nous trouvions un super marché (et un Daiso!) ,  et par la même occasion,  notre souper.