6 févr. 2018

De Tioga road à la ville fantôme de Bodie.




Le lendemain de notre escapade dans la vallée du Yosemite, nous avons refait nos valises pour continuer notre périple dans l'ouest américain en prenant la direction du Tahoe Lake.

Lors de la préparation de notre voyage, nous avions volontairement prévu de faire quelques détours pour profiter de certains des plus beaux paysages de la Sierra Nevada qui longent le très connu Pacific Crest Trail (c'est notamment là que se déroule l'action du livre "Wild" de Cheryl Strayed, adapté au cinéma en 2014) .  

Après seulement quelques minutes sur la Tioga road, nous avons pris conscience que ce choix de l'itinéraire le plus long serait 'la bonne idée' de cette journée passée en grande partie à l'intérieur de notre voiture . A peine avions-nous quitté les étendues boisées du parc national, que nous nous retrouvions face à des paysages à couper le souffle, changeant constamment au fur et à mesure des kilomètres.









Parcourant la région depuis déjà quelques heures, nous commencions à regretter amèrement de ne pas avoir compris à l'avance que cette partie de la Sierra Nevada serait si belle à voir. Avec le recul, nous aurions voulu y passer plus de temps pour arpenter les nombreux trails et autres randonnées qui plongent dans ce décor de cartes postales.

En avalant les kilomètres, nous ne pouvions nous empêcher de ruminer cette décision stupide. Chaque petit parking ou chemin en terre étaient le prétexte idéal pour s'arrêter et  profiter un maximum de cette partie magnifique de la Californie (et soyons honnête, nous ne désespérions pas de croiser enfin les "fameux ours")









Dans un moment de faiblesse, j'avais réussis à convaincre Corantin de faire un peu de hors piste sur une route complètement impraticable pour rejoindre la ville fantôme de Bodie, dans le comté de Mono.

Cette ville n'était qu'un petit détour sur notre itinéraire (qui était déjà un détour en lui-même) , et bien que j'avais lu sur internet que la route y menant n'était plus toute jeune, j'étais loin de m'imaginer qu'il s'agissait en réalité d'un genre de ruisseau asséché pris en sandwich entre deux collines désertiques couvertes de poussière et de cailloux.

Arrivés au bout des 3 miles de "sentier" avec les fesses en bouillies et la voiture aussi propre que si elle venait de faire le Paris-Dakar à 320kilomètre/heure, nous avons pu commencer l'exploration de ce site historique national datant de la ruée vers l'or.










Les quelques bâtiments encore debout ne sont que peu de choses comparé à la taille qu'avait atteint cette petit bourgade (qui fût la deuxième ville de Californie à son époque, ce n'est pas rien). Si on en croit son historique, Bodie comptait plus de 65 saloons et plusieurs mines pour presque 10.000 habitants.

En parcourant ce qui restait des rues de l'époque, nous étions vraiment reconnaissant que ce lieu bourré d'histoire ait pu être conservé sans être trop dénaturer par la vie moderne.

Bien que ce lieu assiste au passage de pas mal de touristes tous les ans, la municipalité à mis un point d'honneur à le laisser majoritairement "dans son jus", n'intervenant sur les bâtiments qu'en cas de mauvaise stabilité. Ils ne touchent pas aux toitures, murs, et autres fenêtres, laissant le temps et les intempéries faire leur travail.
Les toutes petites mises en scène visibles dans certains bâtiments ne sont vraiment pas dérangeantes et donnent même un charme tout particulier à certaines pièces.

La ville a également son propre petit musée, qui regroupe d’innombrables objets trouvés sur place lorsque le lieu fût décrété "site historique national". Parmi eux, on retrouve des kits anti-venins, des pistolets (dont certains fabriqués en Belgique), des calèches mortuaires, et j'en passe.








Cette fin d'après-midi se fît en apothéose, entre les maisons écroulées et le planché qui craque. Nous avons enfin repris la route aux dernières lueurs du jour, destination: le Tahoe Basecamp, son bar à bière, ses concerts et ses gaufres matinales. Mais ça, je vous le raconterai dans le prochain épisode de cette épopée américaine. Salut!