30 juil. 2015

Premier jour de notre voyage d'été 2015 au Japon

http://crazy-kitch.blogspot.com/2015/07/japan-2015-first-day-in-tokyo-before.html



Bien le bonjour mes enfants! Voilà une semaine déjà que nous sommes rentrées de notre sixième voyage au Japon, et donc, cela fait une semaine que je me torture le cerveau pour savoir comment vous parler de notre première - et calme - journée à Tokyo.
Pensant même la passer sous silence et débuter directement par le deuxième jour, j'ai finalement pris mon courage à deux mains pour trouver quelque chose à dire sur ces premières 24 heures en terre sainte.


Mardi 30 juin


L’excitation et l'énervement associés à ma patience légendaire eurent raison de la nuit qui précéda notre départ pour le pays des mafieux en bicyclettes et des fruits semi précieux.

Malgré l'envie insoutenable de mettre le pied sur le sol nippon après un an et demi d'absence, l'optique de prendre l'avion pendant près de douze heures -armée de mes plus belles cernes- ne m'enchantais vraiment pas. En plus, et pour une raison obscure de l'humanité,si mon corps considère tout transport roulant comme somnifère puissant et radical, il a plutôt tendance à réagir inversement quant il s'agit d'engin volant: traîtrise

à l'arrivée, j'avais donc les fesses en miettes, les yeux injectés de sang et les vêtements tellement froissés qu'on aurai dit un cadavre de canette écrasée . En résumé: le look parfait pour draguer du japonais (ou pas).




{dans les méandres de l'élégance de mon humour}

Tokyo: Shinjuku & Harajuku


Pour dire de parfaire mon look de cocaïnomane travesti, notre avion arriva sur le sol de l'aéroport tokyoïte en début de matinée, ce qui signifiait que nous devions survivre à cette première journée pour espérer pouvoir enfin fermer les yeux et vivre cette magnifique expérience qu'est le sommeil.

Comme nous partions de Tokyo tôt le lendemain, nous n'avions rien prévu pour cette première journée , hormis un rapide tour des magasins habituels: Nadia, Jouetie, Etude House, Muji, Uniqlo, We go et Spinns. Une bonne occasion pour tester cette invention apparemment merveilleuse qu'aurait été le "tax free".







Pour vous expliquez, voilà quelques temps que la plus part des magasins japonais proposent, lors de l'achat de "consommables" (produits de beauté, alcools, etc) et de vêtements, de détaxer les articles achetés ,soit directement à la caisse, soit dans un corner présent dans les environs.

Tentée par une économie de près de 8% et ayant dépensé ma vie chez Etude House, je me présentais au petit corner "Tax refund" pour suivre la procédure.
Malheureusement pour moi qui souhaitait utiliser mes produits au Japon, j'appris bien vite que tout ce qui est "consommable" est placer dans un plastique scellé qui ne peut être ouvert avant le retour au pays, sous peine d'amendes et de taxation excessive. La larme à l’œil, je regardais donc la petite dame emprisonner mon précieux butin, sans aucune pitié pour les pauvres petits tubes de bb cream  qui suffoquaient déjà. 







Finalement, ayant peur de voir tout nos achats mis sous plastique, nous obligeant  à vivre nus pour le reste du séjour, nous avons continué nos achats à Harajuku sans passer par la case "tax free".

La joie d'arriver enfin dans ce quartier magique qui m'avait tellement manqué fût vite entachée -comme c'est le cas depuis quelques années- par une horde de touristes "moldus", venus à Harajuku pour vivre une expérience semblable à celle de l’exhibition de bêtes méconnues dans un zoo du bout du monde... déroutant et désolant.





{une absence cuisante de japonais à la gare d'Harajuku}



Finalement, Les bras chargés de sacs plus lourds les uns que les autres, les jambes en compote et la tête à moitié comateuse, nous somme rentrée au QG de Shinjuku (notre Isakaya favorite), histoire de se remplir la panse avant de sombrer dans les tréfonds du sommeil.