28 oct. 2015

Balade dans la baie de Matsushima (Sendai)


Samedi 11 juillet

Après plus d'une dizaine de jour passé sur le sol nippon, nous voici arriver à l'une des parties du voyage que j'ai le plus apprécié, et en même temps, le plus détesté. Vous pouvez d'hors et déjà ranger les mouchoirs et les nez qui coulent, le dégoût et la tristesse viendrons dans le prochain post!

Donc, pour commencer dans la joie et la bonne humeur, laissez moi vous introduire la ville qui allait nous accueillir pour la suite de ce magnifique voyage: Sendai.





T-shirt: H&m
Skirt: Spinns
Socks: Primark
Shoes: spinns





Malgré le fait que la zone ai été l'une des plus touchée par le Tsunami de 2011, Sendai à su se relever à la vitesse grand V, ne laissant presque plus aucunes traces des dégâts causé par la montée des eaux.
Pour en avoir le cœur net, il faut se diriger vers l'un des points les plus vulnérable (et les plus beau) de la région: la baie de Matsushima









Rassurez-vous, nous n'étions pas allé dans cette baie en priant pour une dévastation sans nom et des gens qui pleurent, loin de là.
Matsushima est, avant d'être le lieux du désastre, un endroit absolument magnifique qui se visite à grande échelle tant les paysages y sont idylliques
Entourée par les eaux, la baie rassemble plus de 260 petits îlots recouvert d'une vaste végétation de pins maritimesqui ont d'ailleurs donnés leur nom au lieu (matsushima = "île pin").





Faire la moitié de la planète pour voir des sapins, c'est un peu déconné me direz-vous. Certes, vu comme ça, on est bien loin du rêve, mais rajoutez des îles, une eau bleu azure, des temples, et un réseau de ponts rouges sillonnant d'île en île, et on comprend mieux les raisons de ce long voyage.

L'une de ces îles (visitables à pied grâce aux ponts) est Fukuura, l'une des plus grandes de la baie. Extrêmement bien conservé malgré les dommages subit suite au Tsunami, le pont qui relie le port à Fukuura fait plus de 260 mètres de long, la distance idéale en plein soleil si on veut transformer son discret bronzage en une tache rouge généralisée et extrêmement douloureuse!











Un coup de soleil et un bain de sueur plus tard, nous arrivions sur la petite île servant aux ballades et à la découverte de la flores locale.
Hormis les pins maritimes, une grande partie de la région est complètement envahie par les lys, qui confèrent à la végétation une odeur absolument envoûtante et des couleurs très agréables.
Fait véridique -  et comme souvent au Japon - EXTRÊMEMENT  étrange, nous sommes tombé sur une variété de lys assez rare, que les japonais ont décidés de mettre littéralement... en cage. oui oui, comme dans un zoo, mais pour des fleurs...











Fukuura est l'une des seules îles de la baie à partir de laquelle on peut descendre sur la plage, mais attention, seuls les représentant de la caste "Jean-Claude Van damme" y sont autorisés.
La descente jusqu'au sable est déjà tout un challenge tant la pente y est abrupte (heureusement, une corde est mise a disposition pour aider les âmes en péril), mais le réel défit arrive quand on pause son pied sur la dite plage.
Le sable y est tellement brûlant qu'il faut user de ton son charisme et sa fierté pour ne pas y laisser ses cordes vocales et la peau meurtrie de sa pauvre plante de pied.
Passé ces détails "piquants", on peut enfin espérer mettre les pieds dans l'eau et apprécier la vue sur l'océan.
















Repartie de cette île avec des cuisses d'acier et des orteils rôtis, nous nous sommes dirigée vers notre seconde étape entre terre et mer: Oshima.
Plus petite et moins verte, elle est aussi très connue pour ses nombreuses sculptures et grottes aménagées pour la méditation et les rites religieux des moins bouddhistes.
Étrangement, aucuns des nombreux touristes présent sur le port ne semble s'intéresser réellement au contenu des îles, préférant souvent une ballade en bateau entre celles-ci.
Dieu sait qu'ils ratent quelque chose quand on voit les décors qu'elles abritent.














La ballade se finit en fin d'après midi,  nous laissant tout le temps de rentrer en ville et de profiter de notre deuxième nuit dans la capitale de la préfecture de Miyagi, déjà enthousiaste à l'idée de la journée qui nous attendait le lendemain.
Un enthousiasme totalement infondé, vous le verrez par la suite.

Voilà, maintenant, vous pouvez préparer les mouchoirs 8D