14 nov. 2015

Zao Kitsune Mura, dans l'enfer des renards




Dimanche 12 Juillet


Pour être honnête avec vous, j'avais d'abord pensé a effacer totalement cette journée passée au Japon tant la matinée que nous avons vécu m'a choquée.
En réalité, la journée commença magnifiquement bien, un grand et chaleureux soleil emplissait le ciel de Sendai, parant les rues de belles couleurs estivales alors que nous nous préparions rapidement pour partir assez loin du centre, vers un petit village ayant fait sa renommée sur le net depuis quelques mois déjà.





Skirt & T-shirt: Spinns
Socks: Primark
Shoes: Yosuke
Accessories : Bubble (109 Shibuya) , 6%doki doki



That face...

A l'instar de l'île aux Lapins d'Ōkunoshima, le village des renards de Zao Kitsune Mura est l'un des lieux dont internet nous a vendu le plus rêves en matière d'animaux vivant au Japon. Après plusieurs échos très positifs sur cet endroit, nous avions décidé de nous y rendre, malgré les difficultés d'accès au lieu avec les transports en commun.
Après un parcourt du combattant, nous sommes donc arrivées devant l'entrée du "village", impatientes à l'idée de voir autant de renards si peu farouches .

Enfin à l'intérieur du refuge, je dus vraiment me retenir pour ne pas directement faire marche arrière et essayer d'oublier ce que je venais de voir en l'espace de seulement quelques secondes.

La première chose que j'entraperçu en passant la porte qui nous séparait du "village", c'est un renard adulte attaché à un arbre par un semblant de laisse trop serrée, tournant frénétiquement en rond. Un peu plus loin, des renardeaux étaient manipulés dans tous les sens sous les yeux et les cris effarés de ce qui semblait être leurs mères, enfermées dans des cages bien trop petites, grattant et mordant les barreaux avec rage.

Au fond, un gigantesque enclos assez vétuste maintenait une centaine de renards amorphes, complètement abattus par la chaleur.







Je n'ai pris que quelques photos du peu de renards que j'ai croisé dans le second enclos,mais sincèrement, je culpabilisais à chaque pression sur le déclencheur. En tout, nous avons tenu 10 minutes dans cet endroit, effarée à l'idée qu'un animal- pourtant considéré comme une "divinité" au Japon- puisse être traitée de la sorte.

Je ne sais pas ce qui m'a choqué le plus en réalité... les conditions de vie de ces pauvres créatures maintenues en captivité et manipulées abusivement dans la première partie du refuge, ou le fait que la presque totalité des sites référençant cet endroit le décrivent comme un "village où les renards vivent miraculeusement en liberté" ou "un spectacle que vous ne verrez nulles part ailleurs"?!

Après plusieurs recherches, il s'avère que certains sites ont enfin daignés mettre de petites notes de bas de page pour expliquer que certaines personnes avaient été interpellées par des pratiques abusives et autres manipulations excessives des animaux dans cet endroit. S'ils avaient pu se fendre de ce genre de remarques il y a quelques mois, nous aurions pu rayer à jamais cet endroit de notre liste de lieux à visité.

Finalement, toujours un peu abasourdie par ce qui venait de se dérouler , nous sommes rentrée à Sendai pour terminer notre journée sur une note plus "positive".




"Et on fait tourner les serviettes"



Après cette matinée mouvementée pendant laquelle nous sommes littéralement restées sans voix, il nous fallait un remontant de toute urgence.
Quelque chose de fort, plus fort que l'alcool, plus fort que la morphine, plus fort qu'un bon vieil épisode d'Hannibal.

Un coup d’œil sur la gauche de notre métro, et le chemin de la rédemption se présenta à nous sous la forme d'un énorme bâtiment bleu arborant de grandes lettres jaunes. Là était le réconfort, car un énorme IKEA venait de faire son apparition entre les immeubles de Sendai.
Nous y avons passé une petite heure, espérant secrètement y trouver des produits exclusifs créés pour le public japonais. Finalement, hormis des baguettes et de petits éléments mis en scène dans les intérieurs du show-room, rien ne semblait vraiment se démarquer de ce que nous connaissons chez nous.








Nous avons enfin repris le chemin du centre ville, espérant trouver à manger et ensuite le sommeil pour pouvoir attaquer dignement la prochaine journée de ce voyage :)