24 avr. 2016

Les champs de fleurs du nord japonais - Furano




Après plusieurs semaines de flemme intense, je reviens à vous pour parler de l'une des parties du Japon que je chéri le plus: Hokkaido!
Notre détour par cette île du nord était avant tout un repli stratégique face à la chaleur abominable sévissant dans le reste de l'archipel pendant l'été, et même si nous étions intriguées par le peu d'informations à notre dispositions, nous nous sommes vite laissées charmer par l'ambiance et les paysages qu'abrite cette partie du pays. 
Assez connue pour ses champs de fleurs très visités à la saison estivale, Furano fût l'une de nos étapes dans le "grand nord japonais".

Alors que nous nous réveillions au milieu des montagnes sous un magnifique soleil, notre petit cœur fût directement conquis par la douceur du temps. D'une température idéale oscillant entre 25° et 27°, il ne faisait pas moite comme à Tokyo, ce qui permettait clairement de profiter de longues balades en plein air sans être interrompues par de nombreuses haltes salvatrices dans n'importe quel magasin ou café bénéficiant de la air-co.
En sommes, nous étions au paradis!









Rapidement apprêtées, nous avons pris la route de la gare de Furano pour embarquer dans un des trains à destination des nombreux champs fleurit qui font la renommée de cette ville au travers du pays.
Après avoir cherché le bon arrêt pendant quelques longues minutes, nous avons enfin réussis à atteindre l'une des premières "fermes" horticoles spécialisées dans les lavandes.

A Furano, la culture de la lavande est devenue une véritable tradition, permettant à la ville de poursuivre la saison touristique entamée l'hivers par l'ouverture des pistes de Ski.
Plus largement destinées à l'attraction touristique qu'a la vente, les lavandes s'étendent sur de larges champs en pente à quelques kilomètres du centre ville, et attirent chaque jour des milliers de japonais venus tout spécialement pour admirer le spectacle des floraisons.








Comme vous le savez déjà , les japonais sont depuis longtemps passés maître dans l'art d'aménager des activités touristiques aussi quelconques que loufoques. C'est donc sans surprises que nous découvrions un véritable télésiège au beau milieu des champs de fleurs, permettant de les survoler jusqu'au sommet, pour admirer le paysage du haut des collines!

Bon, si on veut être tout à fait honnête, on imagine bien que ce télésiège doit d'abord avoir une vocation "normale" pour remonter la fameuse colline durant l'hiver (en tout cas, on l'espère). Malgré tout, son utilisation pour admirer des champs de fleurs était assez inattendue.




Finalement rassasiée de lavandes, nous avons doucement pris la direction d'une seconde ferme horticole située à quelques minutes à pied de celle-ci.
La ferme Tomita -de son petit nom- est la plus connue de toutes les fermes de Furano

Abritant le plus grand champs de lavande de tout le Japon, elle est aussi connue pour ses nombreux tapis de fleurs multicolores qui y fleurissent tout au long de l'année.

Il faut bien l'avouer, le flux continu de touristes sur place était assez déstabilisant au début, mais il fût vite oublié quand nous avons ouvert les yeux sur de magnifiques champs de tâches de couleurs qui s'étendaient sur plusieurs hectares. 
Çà donnait presque envie de se rouler dedans jusqu'à plus soif, virevoltant joyeusement avec les petits papillons (Ok, peut-être qu'ils diffusaient de la coke dans l'air pendant notre visite des lieux, mais c'est vraiment ce à quoi je pensais!)





Une glace à la lavande et plusieurs savons pour les main plus tard, nous avons repris notre route jusque dans le centre ville, attendant notre train pour rentrer à Sapporo.
Attente qui fût ,d'ailleurs, la plus longue de toute ma vie!

Voyez-vous, quand vous êtes un petit être gentillet et plein d'innocence voyageant au Japon depuis quelques années, vous êtes souvent habitué à la cadence incessante de train à destinations de partout et de nulle part.
Seulement voilà, Hokkaido n'est PAS comme le reste du Japon, et c'est donc avec un espace de plus de 4 heures entre chaque train que vous vous retrouvez à attendre devant la télévision de la petite gare, entouré d'une horde de petit vieux.
Un avant gout de la maison de retraite, en somme :D