5 avr. 2017

Hanami 2017 au Jardin Japonais d'Hasselt



Je vous en parlais déjà l'année passée, les festivités d'Hanami au jardin japonais d'Hasselt sont un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de la culture nippone.

Ayant été conquises par cet événement en 2016, nous avions décidées de remettre le couvert pour l'édition 2017, qui s'avérait également fêter les 25 ans d’existence du jardin.

Chaque année, les festivités sont prévues pour le premier Weekend du mois d'avril par soucis d'organisation des diverses activités gravitant autour de l’événement. Le problème est que les gestionnaires du parc ne sont pas devins, et ils ne peuvent donc assurer que les Sakura seront bien en fleur à cette date précise

Dans notre cas, la saison avait démarrée plus tôt que prévu, et c'est autour d'arbres qui avaient déjà perdus une grande partie de leurs fleurs que nous avons passé la journée.









Les filles étaient déjà sur place quand je suis arrivée accompagnée de ma très chère maman, qui m'aida à enfiler mon Yukata entre deux voitures sur un parking/terrain vague réquisitionné pour cette journée. 

Sans vous mentir, nous avons bataillé pendant près de 20 minutes avec les différentes pièces qui composent cet habit traditionnel -créé par des gens démoniaques et avides de prises de tête chroniques- pour essayer que l'ensemble ressemble à quelque chose.
Le challenge en plus était d'éviter que le yukata ne traîne dans la boue, et que la ceinture ne fasse connaissance avec les jantes dégelasse de la voiture d'à côté.
Heureusement qu'une vidéo très bien faite et postée sur le compte Youtube d'Uniqlo nous permis de venir à bout du Obi, la pièce la plus compliquée à assemblée dans ce puzzle de couches de tissus inutiles mais Ô combien merveilleuses.

Cette bataille enfin terminée, j'étais plutôt contente du résultat, même si il était loin d'être parfait.











Arrivée au bout de la file interminable qui s'entassait devant les portes du jardin, j'abandonnais lâchement ma mère pour rejoindre les filles aussi vite que le permettait les mouvements restreints dus au port du Yukata. 
Il faut bien le dire, la démarche est quelque peu hasardeuse au début.

Les festivités d'Hanami étant devenues un prétexte pour passer d'agréables moments entre amis autour pleine de petites choses à grignoter,  nous avons respecté la tradition en monopolisant la même table que l'année passée. 
Entre les discussions animées, le paquet de Chips sans propriétaire qui se vida rapidement, et les cupcakes confectionnés par Maurraine pour son anniversaire, on peut dire que l'ambiance n'avait rien à envier aux dimanches après midi passés à engloutir la moitié de son armoire à biscuits pour oublier le fait que le lendemain est un lundi.

Le tout était -en plus- accompagné d'un grand beau soleil complètement imprévu et totalement bienvenu!








Après avoir mangé, nous avons commencé l'exploration du jardin par l'endroit où se concentrent normalement les cerisiers qui - comme je vous le disais au début de cet article - n'étaient malheureusement plus totalement fleuris.

Seules quelques fleurs de Sakura s'accrochaient encore vaillamment à leur branche, vite délogées par le petit vent frisquet qui s'était invité depuis le début de la journée.

Désespérées de ce manque de tonalité rose typique des fleurs de cerisiers japonais, nous avons quand même profité du peu de personne présentent dans ce coin du jardin pour prendre quelques photos de nos tenues, une fois n'est pas coutume.

La majorité des filles avaient également opté pour le port du Yuakata, transformant notre petit groupe en un véritable gang.












Notre séance photo habituelle terminée, nous nous sommes enfoncées un peu plus dans le jardin, recherchant un cerisier encore partiellement en fleurs pour la réalisation d'une photo des baskets de Giru qui puisse matcher avec son feed Instagram.

Le problème, c'est que les seules fleurs encore visibles étaient toutes à plus d'un mètre du sol, ce qui demanda à nos gènes Macgyver de refaire surface pour trouver la ruse adéquate à la réalisation du cliché parfait.

Pour mettre en scène les pieds de notre charmante Giru de façon ingénieuse, nous avions donc besoin d'un porteur principal (Lunie, cachée derrière mes manches), d'un porteur secondaire pour les jambes (Bee, qui tâte ostensiblement les fesses de Giru), et d'un photographe. La scène était assez surréaliste, mais après plusieurs essais infructueux, nous avons enfin réussis à capturer l'image qu'il nous fallait.
Comme quoi, même un Yuakata ne nous arrête pas.








Enfin, après 4 heures passées ensemble à courir après la dame vendant de la bière japonaise, à accepter n'importe quelle demande de photos par des asiatiques et à refuser la majorité de celles demandées par des européens (#Discrimination #JesusPardonneNous) , il était temps pour moi de partir à la recherche de ma mère que j'avais lâchement abandonnée au début de cette aventure.


Encore une fois, cet événement rare en Belgique nous permis de vivre un très beau dimanche toutes ensemble, bien que les Sakura ne soit plus que l'ombre d'eux même, et que les pétales collants à nos chaussures manquaient de nous tuer tous les 30 mètres.






Et une petite photo de fin pour vous rappeler de suivre Hey Girls, notre groupement de bloggeuses et Youtubeuses ! Love you!